The smoke from a fire, or excessive cannon smoke, dominates the town. La fumée d'un incendie. Pourtant la propagande n'est pas un fait nouveau et le tableau choisit ici - Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (11 mars 1799) - est une habile démonstration de … The massive painting "Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa" ("Bonaparte Visiting the Plague-Stricken in Jaffa") hangs in the main salon of The Louvre in Paris. On a prit les tuileries ! On remarque à gauche des figures qui souffrent, mais aussi deux Arabes portant un brancard qui soutient certainement un cadavre, représentés de manière énergique. This is part of the collection of French paintings at the Louvre. Derrière eux, deux Noirs en livrée portent un brancard. Mohamed is deeply shaken when his oldest son Malik returns home after a long journey with a mysterious new wife. Ficheru:Antoine-Jean Gros - Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa.jpg. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa : la propagande avant l'heure "Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa" est un tableau d'Antoine-Jean Gros. Le tableau fut exposé au Salon ouvert au Louvre, en septembre 1804, le livret l'intitule « Bonaparte, général en Chef de l'Armée d'Orient, au moment où il touche une tumeur pestilentielle en visitant l'hôpital de Jaffa ». The bottom of the painting is occupied by prostrate and extended men. Tableau du baron Gros (1804). The two-coloured arcade opens out on a gallery full of the sick. L'armée de Bonaparte y défait les forces ottomanes. A l’époque, le seul moyen de lutter contre la peste est la vaccine (c’est-à-dire qu’on prélève le pus d’un malade et on l’introduit dans le sang d’une personne non malade). INV 5064. Titre. The capture and violent sack of Jaffa by the French army under Bonaparte on 7 March 1799 were rapidly followed by an outbreak of bubonic plague, identified by January 1799, which decimated the army. BONAPARTE VISITANT LES PESTIFERES DE JAFFA (11 MARS 1799) Auteur. To the left, dominated by a typically Arabic art, a man richly dressed in the oriental manner hands out bread, aided by a servant carrying a bread-basket. GROS souffrant de rhumatisme n'avait pas assisté au vernissage, mais trouva son oeuvre ornée de palmes et de lauriers par ses élèves, ses amis et par des visiteurs. Le 27 mai de la même année, Bonaparte rend une deuxième visite aux pestiférés de Jaffa. Bonaparte Visits the Plague Stricken in Jaffa (French: Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa) is an 1804 painting commissioned by Napoleon Bonaparte from Antoine-Jean Gros to portray an event during the Egyptian Campaign. mai 7, 1794; Nouvelle victoire ! Napoleon’s Plague Victims of Jaffa – Visiting the original room. On 11 March, Bonaparte made a spectacular visit to his sick soldiers, touching them, which was considered to be either magnificent or suicidal according to one's point of view on the Napoleonic legend or of the terrors of an age of plagues. Comme le Christ, Bonaparte impose sa main sur un pestiféré. History of the Louvre. Titre : Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 Mars 1799. It is sometimes mistaken to be set in a mosque but is actually set in the Armenian Saint Nicholas Monastery, whose courtyard can be seen in the background. La scène se déroule lors de la campagne de Syrie, après la campagne d'Égypte. The sick man with bandaged eyes on the right is suffering from blindness … Antoine Le Gros – Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa. Domaine. Bonaparte besoek die plaagslagoffers van Jaffa (Frans: Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa) is 'n olieverfskildery wat in 1804 deur Antoine-Jean Gros, in opdrag van Napoleon Bonaparte, geskilder is om 'n gebeurtenis wat tydens die Egiptiese veldtog plaasgevind het, weer te gee. Bonaparte Visits the Plague Stricken in Jaffa (French: Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa) is an 1804 painting commissioned by Napoleon Bonaparte from Antoine-Jean Gros to portray an event during the Egyptian Campaign. Au premier plan, un médecin arabe donne des soins à un autre malade. Le 11 mars, Bonaparte rend une visite spectaculaire aux malades, et les touche, ce qui est considéré comme magnifique ou suicidaire selon que l'on se place du point de vue de la légende napoléonienne ou de celui des frayeurs que suscite à l'époque la peste. Après avoir visité l'exposition «Bonaparte et l'Egypte, feu et lumières» de l'institut du monde Arabe, j’ai repensé à ce tableau de Antoine-Jean Gros intitulé « Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa » exposé au premier étage de l'aile Denon. Antoine Jean Gros, 1804 h. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa Il met en scène le futur Empereur bravant le danger pour soutenir ses soldats frappés par une épidémie de peste bubonique. Auteur : GROS Antoine-Jean (1771 - 1835) École : Romantisme. Sur la droite, un soldat aveugl… Study and Research. décembre 7, 1794; Robespierre, le Garant de l’Egalité !!! Le succès de l'expédition d'Égypte et de Syrie dépend donc de sa capture. Cette oeuvre d'Antoine-Jean Gros date de 1804 et de l'instauration de l'Empire. En pleine lumière, Bonaparte touche la tumeur d'un des malades, torse nu, de sa main dégantée, tandis qu'un médecin veut l'en dissuader et qu'un officier se bouche le nez. Dimensions : Hauteur 532 - Largeur 720. Décryptage de ce chef d'oeuvre de la … Search the Collection. N°Inventaire. Précision auteur. Dominique Vivant Denon, who participated in Bonaparte's expedition to Egypt and was now director of the musée du Louvre, acted as advisor to Gros on it. The capture and violent sack of Jaffa by the French army under Bonaparte on 7 March 1799 were rapidly followed by an outbreak of bubonic plague, identified by January 1799, which decimated the army. Date représentée : 11 mars 1799. A propos de la campagne d'Egypte de 1798 je rappellerais brièvement que cette expédition fut un échec militaire et politique. The scene shows Napoleon during a striking scene which occurred in Jaffa on 11 March 1799, when then General Bonaparte made a daring and spectacular visit to his sick soldiers at the Armenian Saint Nicholas Monastery. Devant, un homme assis, pensif, rappelle un des damnés du Jugement dernier de Michel-Ange À droite, sous deux arcades, cette fois-ci en arc brisé, Napoléon, touche le bubon d'un malade à son aisselle. Dans le deuxième groupe, l’obscurité domine. Curatorial Departments. Le peintre Antoine-Jean Gros a peint le courage du général Bonaparte visitant en mars 1799 les soldats malades de la peste à Jaffa, en Syrie. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa est un tableau d'Antoine-Jean Gros datant de 1804, commandé par Napoléon pour représenter un épisode de la campagne d'Égypte. Lorsque que l’on se déplace vers la droite, en suivant l’ombre, les figures vont de plus en plus mal jusqu'à la mort. Bonaparte visitando as vítimas da peste de Jafa é o título de uma obra de Antoine-Jean Gros, datada de 1804, e encomendada por Napoleão Bonaparte para representar um episódio da campanha do Egito. Ecole-pays. Bonaparte rend visite aux soldats malades soignés dans un monastère de la ville, avec le médecin en chef Desgenettes. tableau. Dans l’obscurité sont peints les différents stades de la peste. Les faits seront relatés par ce dernier : Bonaparte aida à soulever un malade mort. Le tableau représente Napoléon pendant une scène qui a eu lieu à Jaffa, en 1799, pendant laquelle il motive ses troupes et où il s'approche et touche des malades d'une épidémie de peste qui sévit dans l'armée. En arrière-plan, il y a les murailles de la ville, dont une tour présente une brèche, tandis qu'un drapeau français démesuré flotte au-dessus. Ce tableau a été réalisé en 1804, et exposé pour la première fois le 18 septembre au Salon de Paris. Selected Works. Further into the background are the walls of Jaffa, with a breached tower above which flies an oversized French flag. Contexte. To the right, under two arcades, under a broken arch, is Napoleon, accompanied by his officers, touching the armpit bubo presented to him by one of the sick. On peut remarquer trois arcades comme pour le Serment des Horaces à gauche les fils prêtant serment, puis au milieu le père levant les épées et à droite les femmes tristes. On 18 September 1804, the painting was exhibited at the Salon de Paris, between Napoleon's proclamation as emperor on 18 May and his coronation at Notre-Dame de Paris on 2 December. This painting uses elements of the composition of Jacques-Louis David's 1784 Oath of the Horatii, also held at the Louvre, such as the three arcades from Oath which defined three different worlds (the three sons making the oath in the left one; the father brandishing the swords in the middle; the women abandoned to sadness in the right-hand one), a principle taken up in this painting too. Huile sur toile, 532 x 720 cm. The full text of the article is here →, {{$parent.$parent.validationModel['duplicate']}}, en.wikipedia.org/wiki/Bonaparte_Visiting_the_Plague_Victims_of_Jaffa, 1-{{getCurrentCount()}} out of {{getTotalCount()}}, Bonaparte Visiting the Plague Victims of Jaffa, https://en.wikipedia.org/wiki/Bonaparte_Visiting_the_Plague_Victims_of_Jaffa, General Baston De Lariboisière and His Son Ferdinand. Ce tableau reprend le même principe que le Serment des Horaces de Jacques Louis David de 1784, conservé au Louvre. In front of him, an Arab doctor is caring for another sick man, while a blind man struggles to approach the general. La réalité historique de la scène dépeinte par ce tableau, et en particulier du geste de Bonaparte, est contestée. Mohamed is deeply shaken when his oldest son Malik returns home after a long journey with a mysterious new wife. Lacte devient héroïque lorsque le graveur le représente touchant un pestiféré dans un geste symbolique. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, le 11 mars 1799. La prise de Jaffa, le 7 mars 1799, et sa violente mise à sac par l'armée française, sont rapidement suivies de l'aggravation d'une épidémie de peste bubonique, identifiée dès janvier 1799, qui va décimer l'armée commandée par Napoléon Bonaparte. Cette représentation est donc comprise par les contemporains. En 1799, la peste touche plus de 1500 soldats sur 13000 du total de l’armée bonapartiste. Dans celui qui baigne dans la lumière, on voit Bonaparte au centre de la composition, à l’intersection des lignes dominantes. BONAPARTE VISITANT LES PESTIFERES DE JAFFA (11 MARS 1799) Identification du bien culturel. Dénomination. Cette représentation est inscrite dans l’actualité, puisqu'à l’époque le seul moyen de lutter contre la peste est la vaccine (on prélève le pus d’un malade et on l’introduit dans le sang d’une personne non malade). La question de la vaccine est très débattue, car une personne sur trois cents peut mourir après injection de la vaccine. Une esquisse de ce tableau fut créée en 1802, intitulée Bonaparte, général en chef de l’Armée d’Orient, touche une tumeur pestilentielle, en visitant les pestiférés dans l'hôpital de Jaffa, actuellement conservée au musée Condé à Chantilly. Ce tableau représente le général Bonaparte visitant les pestiférés de l'armée française rassemblés dans la cour d'une mosquée qui sert d'hôpital militaire, à Jaffa. The Tuileries and Carrousel Gardens Behind them, two black men carry a stretcher, on which is a form, probably a cadaver. Gros présente un médecin turc qui prélève le liquide présent dans un bubon. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (1804) détail Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (1804) détail Bataille d´Aboukir, 25 juillet 1799 (1806) Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa le 11 mars 1799, Antoine-Jean Gros (1804) Musée du Louvre. La bravoure du chef des armées, son devoir de ne reculer devant rien, pas même devant la maladie, ser… Accueil » Histoire des 2 empires » Iconographie » Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 mars 1799 Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 mars 1799 Artiste(s) : GROS Antoine-Jean (Baron) On remarque une structure en deux groupes : celui de la lumière et celui de l’ombre. Dans ce groupe, des pestiférés ont des corps qui sont des nus académiques, à la beauté idéalisée où tous les muscles sont visibles, tels des sculptures antiques. Pour avancer, Napoléon doit gagner Jaffa. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa est un tableau d'Antoine-Jean Gros datant de 1804, commandé par Napoléon pour représenter un épisode de la campagne d'Égypte. Elle transfigure un épisode particulièrement pénible de l'expédition d'Égypte (cinq ans plus tôt). Le bas du tableau est occupé par des hommes prostrés. peinture. La ville de Jaffa est un des principaux centres marchands de Syrie.Son port peut fournir un abri essentiel pour la flotte. Il est accompagné d’un général et du médecin en chef de l’armée, Desgenettes. Paris, 1771 ; Meudon, 1835. The Pavillon de l’Horloge. This is a part of the Wikipedia article used under the Creative Commons Attribution-Sharealike 3.0 Unported License (CC-BY-SA). Décrivons cette composition. It was an attempt to quell unsavoury rumours that Napoleon had ordered that fifty incurable dying plague victims in Jaffa be given fatal doses of opium during his retreat from his Syrian expedition. En commandant ce tableau, le Premier consul souhaitait répondre aux rumeurs l'accusant d'avoir fait empoisonner ses soldats atteints par la peste lors de … La scène se déroule en mars 1799 lors de la campagne de Syrie, suite de la campagne d'Égypte. Le siège de Jaffa eut lieu du 3 au 7 mars 1799 pendant la campagne d'Égypte.  Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (532*720 cm)est une huile sur toile d'Antoine-Jean Gros datant de 1804, il a été commandé par Napoléon pour représenter un épisode de la campagne d'Egypte, c'était une campagne militaire contre les anglais. On 11 March, Bonaparte made a spectacular visit to his sick soldiers, touching them, which was considered to be either magnificent or suicidal according to one's point of view on the Napoleonic legend or of the terrors of an age of plagues. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, le 11 mars 1799 Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, le 11 mars 1799. C'est Dominique Vivant Denon, qui a participé à l'expédition de Bonaparte en Égypte, et qui est devenu directeur du musée du Louvre, qui … Cette œuvre raconte les événements de Jaffa, ville palestinienne. Durant lexpédition de Syrie, une épidémie de peste ravage larmée française après la prise de Jaffa. Llingua; Vixilar; Editar; Ficheru; Historial del ficheru; Usu del ficheru; Usu global del ficheru; Metadatos; Tamañu d'esta … Causée par le manque d'hygiène, une épidémie de peste décime la population de Jaffa aussi bien que l'armée française. Les figures présentes y sont tristes et désabusées : voir ce groupe d’arabes et de soldats à gauche, juste derrière le général. Napoleon Bonaparte Visiting the Plague-Striken in Jaffa Double click anywhere & add an idea "The surest protection, the most efficacious remedy, was moral courage...The best way to preserve the army from … Louvre, Paris. GROS Antoine Jean baron. À gauche, dominé par un arc outrepassé typique de l'architecture arabe, un homme habillé à la manière orientale distribue du pain, aidé par un serviteur qui porte un panier. La scène se passe dans une mosquée, on voit sa cour et son minaret. A Virtual Tour of the Paintings in … Date de création : 1804. Le texte intégral de l'article est ici →, {{$parent.$parent.validationModel['duplicate']}}, dernière édition: 13 juil., 2020 par xennex, fr.wikipedia.org/wiki/Bonaparte_visitant_les_pestiférés_de_Jaffa, 1-{{getCurrentCount()}} sur {{getTotalCount()}}, Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, https://fr.wikipedia.org/wiki/Bonaparte_visitant_les_pestiférés_de_Jaffa, General Baston De Lariboisière and His Son Ferdinand. Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. C'est Dominique Vivant Denon, qui a participé à l'expédition de Bonaparte en Égypte, et qui est devenu directeur du musée du Louvre, qui guide le travail de Gros. La lumière du tableau et le jeu des couleurs mettent en évidence Napoléon Bonaparte. À gauche, deux Arabes distribuent des pains aux malades. Technique et autres indications : Commandé par l'Etat; gravure datée 1830)Huile sur toile Piégé dans sa conquête après la destruction de sa flotte à Aboukir, Bonaparte doit faire face aux révoltes des Cairotes. Ce groupe dit le désespoir quand celui de la lumière représente l’espoir revenu. L'armée de Bonaparte y défait les forces ottomanes de Djezzar Pacha. Contemporary Art. Ce tableau a été réalisé en 1804, et exposé pour la première fois le 18 septembre au Salon de Paris. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa avril 5, 1804; Le plébiscite du 2 août août 4, 1802; Jean Antoine Rossignol, un fils de la révolution décembre 30, 1800; La mort du jeune Bara de Jacques Louis DAVID. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa est un tableau d'Antoine-Jean Gros datant de 1804, commandé par Napoléon pour représenter un épisode de la campagne d'Égypte. The light of the painting and the play of colours all paint Bonaparte's gesture in the best possible light. Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa est un tableau d'Antoine-Jean Gros datant de 1804, commandé par Napoléon pour représenter un épisode de la campagne d'Égypte.La réalité historique de la scène dépeinte par ce tableau, et en particulier du geste de Bonaparte, est contestée.